En 2020, en raison du contexte sanitaire et économique, les entreprises ont dû sécuriser leurs chaînes d’approvisionnement. De ce fait, les directeurs achats indirects et supply sont très recherchés. Et cela risque de perdurer en 2021, selon le cabinet Robert Walters.

Directeur achats indirects, un poste en première ligne en période de crise

“Depuis 6-9 mois, il y a une attente spécifique des entreprises tous secteurs confondus sur les postes de directeur achats indirects”, note Philippe Artero, directeur associé au sein du cabinet Robert Walters. “C’est mécanique, en période de crise, les entreprises cherchent des gisements d’économies”. Et les directeurs achats indirects sont en première ligne.

En parallèle, et en raison de la crise sanitaire, il y a une forte demande de directeurs supply chain. “Avec la fermeture des frontières, les problèmes des transports, les sites de production fermés, … les entreprises ont dû sécuriser leur sourcing et leur chaîne d’approvisionnement. C’est une prise de conscience violente qui a déjà eu lieu lors du printemps arabe en 2010 quand certains sites de production en Afrique du Nord ont été arrêtés pendant plusieurs mois. Les entreprises ont alors réagi en renforçant leur sourcing, en multipliant leurs fournisseurs …”.

Des directeurs supply pour sécuriser les chaînes d’approvisionnement

Au cours de l’année 2020, certaines entreprises ont renforcé leurs équipes et d’autres, comme les ETI qui n’étaient pas “forcément staffées sur ce genre de postes”, ont recruté. “Dans certains secteurs de l’agroalimentaire, les entreprises qui ont dû arrêter leurs chaînes d’approvisionnement sont allées chercher des directeurs logistique dans des secteurs jugés plus matures sur le sujet comme l’automobile”, souligne Philippe Artero. Dans le secteur du e-commerce, les entreprises ont notamment beaucoup recruté sur des problématiques de transport, logistique et livraison du dernier kilomètre. On attend aujourd’hui des directeurs supply chain des compétences pointues dans l’évaluation des qualifications fournisseur et sur les problématiques de douane. “Une compétence qui ira en s’accentuant avec le Brexit”.

Des salaires en légère augmentation, malgré le contexte

Selon l’étude de rémunération 2021 du cabinet Robert Walters, le directeur Demand/Supply planning pourra prétendre à une augmentation de 10% dans le cadre d’un changement de poste. De leur côté, les salaires des CPO dans le cadre d’un changement de poste, et qui ont entre 10 et 15 ans d’expérience devraient légèrement augmenter et passer de 75-100 K euros par an à 100-120 K euros en 2021. De même pour des CPO de plus de 15 ans d’expérience, qui changent de poste, les salaires devraient atteindre la fourchette annuelle de 120-180 K euros en 2021 (contre environ 100 K euros en 2020). Mais d’une façon globale, les rémunérations resteront plutôt stables dans les achats et la supply chain. Et les augmentations sur les packages salariaux seront plus faibles que les années précédentes.

Des category managers spécialisés dans la production

En 2021, les entreprises continueront de centraliser leurs process achats indirects et elles se focaliseront aussi sur la digitalisation des outils.

“Nous rechercherons majoritairement des responsables achats indirects et des spécialistes achats IT mais aussi des category manager spécialisés dans la production avec un background ingénieur et de l’expérience internationale. Et du côté logistique, le mot d’ordre est à l’accompagnement des ventes e-commerce avec un meilleur pilotage des prestataires externes. On recherchera donc des responsables d’exploitation logistique focalisés sur le dernier kilomètre, mais également des responsables de planification sur toute la supply chain”, énumère Axel Minet, Manager chez Robert Walters.

“Créativité et autonomie pour manager à distance” en 2021

Les compétences les plus recherchées en 2021 chez les acheteurs et les logisticiens seront leur autonomie et leur capacité à manager des équipes à distance, ainsi que leur créativité car la crise Covid a remis en cause des process acquis de longue date. “Il faudra savoir se réinventer et savoir faire preuve de persévérance et d’optimisme pour tirer les équipes vers le haut et attirer les talents 2021”, explique Axel Minet.

Aujourd’hui l’offre sur ces postes est supérieure à la demande. “Les entreprises ont du mal à recruter, surtout en cette période où les candidats (en poste) sont frileux; ils craignent d’affronter une période d’essai au vu du contexte économique. Et si ils acceptent cette part de risque, ils auront des niveaux d’exigence très importants”, conclut Philippe Artero.

D’après l’article de Marie-Amélie Fenoll publié le 22/01/21 sur decision-achats.fr